lundi 20 juillet 2009

On a marché sur la \< Erreur 1202 \>

Arte est en train de passer un reportage sur le programme Appollo. Tout ça pour célébrer les 40ans du premier alunissage. (PS : à tous les sondeurs du monde ; il y a 40 ans, j'étais profonds dans les corones de mon papa, qui lui était probablement en train de regarder la télé).

Il viennent de parler du moment ou l'ordinateur central du module lunaire à planté (juste avant l'alunissage, forcement). Mais ils ont aussi donnée l'explication : visiblement, c'est parce que l'ordi recevait trop de donnée. Pourquoi direz vous ? Et bien parce que l'ordi recevait des données du "radar d'approche" ET du "radar de rendez-vous". Pourquoi ? Parce que Buzz Aldrin, qui avait un nom rigolo et qui se passionnait pour les "rendez-vous" dans l'espace, avait laissé le radar de rendez-vous allumé.

Contrairement à ce que la procédure lui demandait de faire.

Le commentaire de Buzz ? "Ca n'avait pas été prévu par les gars du MIT. Ils sont un peu bornés".

J'ai eu envie de hurler. L'archaïque programmeur au fond de moi n'a pas pu s'empecher de penser à tous ces pauvres ingénieur qui en ont chié pendant des mois pour arriver à faire réaliser les calculs d'alunissage à une becanne même pas digne d'une calculette d'écolier d'aujourd'hui. Et aux interminables réunions ou ils se sont demandé comment ils allaient réussir à récupérer assez de mémoire, d'I/O, de CPU et je-ne-sais-quoi-d'autre pour que l'alunissage réussisse.

Ils y en a même forcément un qui a *vu* cette erreur pendant les années de tests. Et c'est lui qui a annoncé la mauvaise nouvelles à ces collègues : "guys, we have a problem".

Et puis un jour il y en a un qui a trouvé la solution : "bon, il faut qu'ils coupent tous les radars, et ça peut marcher". Et ils ont testé, et ils ont taffé, et ils ont changé les procédures, et puis ils sont passé au problème suivant, parce qu'il y a quelque chose qui provoquait l'erreur 1203, et il fallait le gérer.

Et voila que Buzz Aldrin décide que non, désolé, il laissera le radar machin chose en marche, tout ça pour que Neil Amstrong puisse faire son beau et alunir à la pogne, parce que bon, quand même.

La prochaine fois qu'un utilisateur provoquera un bug dans mon appli en faisant un truc qu'on avait pas prévu, je le remercirais, et j'ouvrirais un bug. Si c'est un truc qu'on avais prévu, je l'appellerait Buzz. Et je lui dirait de passer en manuel, si c'est comme ça.

1 commentaire:

  1. C'est sur, on pourrait coder des programmes qui ne sont pas utilisés...

    RépondreSupprimer